Aujourd'hui, je me dirige vers El Serrat, pour aller me garer sur le parking de la vall de Sorteny (1750m). Waoh, il y a foule, et plus aucune place pour se garer. Qu'à cela ne tienne, je me mets à côté de la dernière voiture stationnée, après m'être assurée que je ne gênerai personne. Objectif du jour : le pic de l'Estanyo! Il fait frisquet à l'ombre, mais au soleil, ça chauffe déjà. Il y a du monde qui monte, aujourd'hui, essentiellement des groupes. Je coupe les lacets de la piste, que je quitte un peu avant le refuge de Sorteny.

01

 

 Le parcours est très agréable et je me retrouve sur une portion du Marato dels Cims que j'ai fait en juin dernier. Séquence souvenir ;-) 

 

02

03

 

Jusqu'à l'estany de l'Estanyo, je rattrape et double les groupes partis plus tôt que moi ce matin et je pense que la plupart d'entre eux n'iront pas plus loin. En effet, à partir du moment où je m'engage vers le sommet, hormis quelques randonneurs, je ne verrai plus grand monde. 

04

05

 

Dans la montée au-dessus du lac, à l'endroit où il faut traverser un éboulis, je fais une macabre découverte : le corps d'un isard git ici, dans les pierres. Que lui est-il arrivé, alors qu'il se trouvait sur le sentier balisé ( à moins que ce soit son point de chute!) ?... 

06

 

J'apprécie toujours ce joli parcours, même s'il donne l'impression de faire un détour pour atteindre le sommet. En effet, on se décale bien vers la gauche pour aboutir à un replat où la pente finale se dévoile...

Changement de couleur!

07

 

Plus que quelques mètres et je foulerai le n°2 andorran par son altitude ;-)

08

 

Il y a deux couples là-haut, j'en profite pour me faire photographier, avec le massif de l'Estats en arrière-plan, s'il vous plaît! Quel bonheur de se trouver là!

09

 

Le panorama est sublime

10

11

12

13

14

 

Depuis un moment, je scrute vers le col de Ferreroles... Ca serait pas mal de pouvoir repasser par-là. Problème : j'ignore comment est la crête qui y mène. Je demande à l'un des couples, l'homme me répond qu'il ne connaît pas, mais qu'il repasse par là. Allez hop, je suis mon idée de départ et décide d'y aller. Comme dit l'Espagnol "c'est l'aventoure"!!!!

Sa dame a un peu de mal dans certains passages, mais comme je ne veux pas faire ma maligne, je reste sagement derrière, prenant parfois une option différente du couple pour négocier cette arête (et je trouve que parfois, Monsieur - très à l'aise - ne choisit pas toujours l'option la plus facile pour Madame). Moi, je m'éclate. Il faut juste mettre les mains une fois ou deux, et encore! Bref, ça passe bien. 

Regard sur la seconde partie de la crête :

15

 

Regard en arrière. Il y a encore des randonneurs sur le pic de l'Estanyo :

16

 

La crête :

17

 

L'estany gran de la vall del Riu :

18

 

L'Estanyo s'éloigne :

19

 

La crête s'oriente vers l'Ouest, changement de décor. L'estany de l'Estanyo par lequel je suis passée tout à l'heure :

20

 

Les pics de Casamanya :

21

 

Le petit bout de crête qu'il reste à parcourir :

22

 

Et celle que je viens de faire :

23

 

Serrere et estany de l'Estanyo :

24

 

Avant d'atteindre le col de Ferreroles qui marquera la fin du parcours en crête et la descente vers la vallée, je trouve un endroit à l'abri du vent pour prendre mon repas, face aux Casamanyes, qui m'émerveillent toujours autant (surtout la montée dans la falaise depuis le col d'Arenes).

En fait, le sentier fait quitter la crête avant le col, ce qui me surprend un peu. J'arrive entre deux cols, sur un sentier emprunté lors du Marato dels cims, et du coup, je ne sais plus bien si le col de Ferreroles est ce col herbeux, vers lequel je me dirige : 

25

 

ou bien celui-là, noir et minéral, auquel je tourne le dos...

26

 

Pas évident de distinguer qui est qui, sur la carte... 

Allez, encore quelques clichés avant d'entamer la descente vers la vallée. Bientôt, l'estany de l'Estanyo aura disparu du paysage... En effet, ce retour n'y fait pas repasser (tout comme nous n'y étions pas passés le jour du Marato).

27

28

29

 

Je rejoins le sentier de l'aller en-dessous de l'estany. Il ne me reste plus qu'à retourner au parking. J'ai oublié de prendre un peu de monnaie, sinon, j'aurais volontiers fait un crochet par le refuge pour prendre un verre et profiter plus longuement du paysage et du soleil.

Surprise! Quand j'arrive à la voiture, je remarque un morceau de papier coincé entre l'essuie-glace et le pare-brise. Naïvement, je me dis qu'un ami randonneur ou une connaissance est passé par là et m'a laissé un petit mot!

Tu parles!

Le mot doux, c'est une amende!!! Tout ça parce que je ne suis pas garée dans les lignes peintes du parking. Grrrrrrrrrrrrrrrrrrrrr

Qu'est ce qu'il aurait fallu que je fasse ce matin quand je suis arrivée et que le parking était plein? Faire demi-tour et rentrer? Bon, la prochaine fois, je me garerai au bord de la route, ce qui n'est guère mieux...

M'enfin!!!!

WP_20150906_047

 

Malgré cet épilogue, ce fut une bien jolie randonnée, une belle boucle...

 

Du parking à l'estany : 1 h

55 mn de + pour le sommet

Au total, 13 à 14 km de pur bonheur, en 4h21 avec les pauses (bonheur trop court!!!) et 1150 m D+

parcours estanyo 06 09 15

parcours estanyo 2 06 09 15

profil estanyo 2

 

Dans le secteur :

Le pic de Serrere

Le pic de la Cabaneta