Réveil matin

poings qui frottent les yeux

sortir, il fait froid

froid froid

mais si beau!

01

Vite, vite, remonter le paisible Loumet

qui mène dans le soleil, vers la clarté

et à cette cabane

ou du moins son squelette

02

Dent noire qui pointe

Journalade

contraste dans le paysage

petite qui a tout d'un grand

03

Monter

monter

atteindre un palier

puis un autre

vouloir aller toucher le noir de la dent

faire croustiller la neige

04

05

06

07

Pointes noires happent toujours le pas, le regard

ralentissent le temps

photo, photo, photo

rêve de couloir

tu le vois, celui-là?

et par où passer?

08

Crocs mordent la neige

pente se redresse

comme pour accéder plus vite à l'eden

 

Croque la blancheur

rêves d'étendues plus grandes plus sauvages

paysage emportant les pensées

09

10

11

12

Un dernier effort

aérien

mon préféré

1925 mètres et je vole

je déploie mes ailes

et je pars

 

Le pas léger

j'm'envoie en l'air 

sur cette échine qui se déchire

respirer, souffler,

respirer toujours

13

Et là-bas

tout là-bas

ça n'en finit pas

chaîne qui libère

le regard balaie

ces roches foulées

en traversée ou pour un aller

Allez, allez!

 

Ticket pour le bonheur

l'émotivité

et les yeux en prennent plein les yeux

esprit coeur jambes

rejouent ces accords majeurs

14

15

16

17

Esprit qui invente d'autres paysages

d'autres plaisirs à savourer

18

Reste là

là-haut

encore un peu

ne pars pas maintenant

profite encore

ne me laisse pas

 

Puis cours, cours

retrouver le bruissement du Loumet

le fond de la vallée

qui gardera bien le secret du passage

 

Souvenir que le vent balaiera

personne ne saura

n'imaginera même pas

 

Souvenir gravé là

et continuer à monter

à gravir

tête dans le ciel bleu

ou dans les étoiles

 

S'élever toujours

19

 

 

D'autres photos :

IMG_0375

IMG_0421

IMG_0429

IMG_0430

IMG_0433

IMG_0450

 

Dans le coin :

Le pic des Trois Seigneurs et le hameau des Goutets

Le roc de Pelades