Ma petite est comme l'eau, elle est comme l'eau vive 
Elle court comme un ruisseau, que les enfants poursuivent  [et moi aussi!]
Courez, courez vite si vous le pouvez 
Jamais, jamais vous ne la rattraperez 

Guy Béart, l'eau vive

 

L'eau, l'eau tombée du ciel pendant tant de jours a gonflé le Saurat; il gronde sous la fenêtre, il dévale tonitruant la vallée, il écume, il enrage!

Tout le week-end, j'ai écouté la pluie tambouriner, le vent faire claquer les volets, la rivière se fracasser contre les rochers. Ambiance...

01 

Alors lundi, stop, fini, je sors de ma léthargie (déf 1 : état pathologique de sommeil profond et prolongé / déf 2 : sommeil des animaux hibernant / déf 3 : assoupissement, engourdissement, torpeur... je crois qu'il y avait de la 3 en ce qui me concerne) et je décide d'aller à la rencontre de cette eau qui sort et coule de partout.

02

03

04

05

Ruisseaux, sentiers, sentiers, eau qui ruisselle, difficile de faire la différence, inutile de chercher à ne pas se mouiller les pieds! Dans la montée Saurat - Carpidou - la Cousteille - Carli, le caillou glisse, c'est canyonning!

06

07

Entre Carli et Carlong, c'est toujours la même chanson - ou presque - piste boueuse, piste qui tue les cuisses. Depuis le départ, celles-ci cuisent ("les cuisses cuisent" : répétez 20 fois!"), j'ai mal, mais je ne veux rien lâcher.  C'est pas encore pour cette fois que j'arriverai à courir de bas en haut, mais ce n'est pas bien grave. Souffle court, mais en arrivant aux granges de Carlong, je ressens toujours l'émotion du jour où j'ai découvert cet endroit. Je respire, je suis bien.

08

Je traverse la prairie pour aller récupérer le GR de pays menant à Bédeilhac...

09

Je le quitte le temps de monter au sommet du mont, je m'imagine dans une forêt de lutins et d'elfes, grands beaux sapins, mousse, buis, roches erratiques (attention à la tête!), herbe-paille couchée où mes personnages imaginaires ont laissé une discrète trace de leur passage...

10

11

 

 

12

13

14

15

16

17

Le panorama s'ouvre avant même d'avoir atteint le sommet, et depuis mon poste avancé, je salue les trois Seigneurs!

18

19

20

Puis je me mets dans le sillage des lutins pour terminer l'ascension. J'aime ce sentier au bout duquel je vais découvrir le paysage, cette "chaîne qui libère".

21

C'est géant! 1196 m seulement et un belvédère impressionnant! Les elfes m'ont redonné des ailes, le mont m'a fait oublier que j'avais mal aux jambes et la respiration difficile. De mon promontoire, je vois Saurat - d'où je viens - et Rabat - où je vais.

Je salue à nouveau les trois Seigneurs

22

23

puis le massif du Saint-Barthélémy qui a perdu une bonne partie de sa superbe blanche!

24

Ah, qu'elle est belle, ma vallée, avec le Calames gravi et descendu à plusieurs reprises, accrochée à une corde, et le Sedour, qui ne cesse d'attirer mon regard et m'impressionne!

25

Oui, elle est belle, ma vallée, magnifiée par le soleil, bercée par les eaux qui ruissellent sur chacun de ses flancs...

26

...et c'est le coeur léger que là-haut, je tourne et tourne et pose mon regard partout, lève les bras et la tête pour mieux absorber cet air bienfaiteur.

27

28

29

Passé ce moment magique, j'entreprends la descente. Hereusement, un petit ruban rouge indique le début de l'itinéraire, quasi invisible. Il me semble toutefois que la trace est plus nette que la dernière fois... oh, si peu! J'ai déjà entamé une partie de la descente quand je me rends compte que j'ai oublié mes lunettes là-haut. Demi-tour donc. Je perds la trace dans les buis. Si peu de chemin inverse à refaire, et je trouve le moyen de ne pas retrouver mes pas! Mumu dans toute sa splendeur! 

30

31

Binocles récupérées, je peux donc commencer la partie de tobbogan. Hop, je suis prête à me lancer! Le début est doux, mais très vite, une vague plus intense, la pente s'accentue, c'est vraiment parti pour la glissade! Et des traces de glissades, il y en a déjà. Je ne suis pas la seule à avoir emprunté cette sente - sanglier. Et je suis prête à parier que ce sont même des sangliers VO2 max qui sont passés par-là, peut-être peu de temps avant moi!

C'est avec cette réflexion qu'un pas un peu plus fuyant que les autres m'amène au sol et me fait partir dans le bas-côté où un rocher vient buter contre ma fesse! Aïe, ça fait mal...

C'est malin, me voilà pleine de boue et un beau bleu en prime! En vrai, j'adore (la boue, pas le bleu)...

32

33

Passé cette partie grasse et instable, ça fait presque bizarre de retrouver un terrain plus sec entre sapins et bouleaux, de ne plus être en mode surf, et de pouvoir à nouveau courir!

34

Arrivée à l'intersection côtée 976 m, je vais prendre la direction de Contrac, histoire d'aller voir comment ça se passe "en bas" pour joindre Rabat les trois Seigneurs et Bédeilhac.

35

Mais la curiosité me pousse à emprunter d'abord ce sentier inconnu, celui qui continue sa trace tout droit...

Et là, très vite, la Roche Ronde se dévoile. Obligée de continuer! Une gamelle, encore - Mumu, serais-tu fatiguée pour te prendre les pieds dans un caillou ou une racine sur ce chemin fort agréable? - et quelques mètres pour gravir ce petit caillou...

36

...depuis lequel je regarde le sommet du mont (ce nom me fera toujours rire!)

37

Je ne me lasse pas du paysage et j'ai toujours ces mots qui chantonnent dans ma tête "ah oui, qu'elle est belle, ma vallée!"

38

39

 Allez, c'est parti pour la descente vers Contrac, que j'ai connue jusqu'à présent en mode randonnée et qui m'a laissé un bon souvenir... Ca devrait être plus sec de ce côté...

Ah oui, c'est à peu près vrai...

... mais pas pour longtemps!

Je dirais même qu'ici, c'est encore pire! 

40

Ruisseau, sentier, eau qui ruisselle, GR? Ce n'est même plus la peine de se poser la question. Je m'éclabousse, je saute presque dans ces mini-torrents, je m'amuse, je m'éclate, je me régale (ma petite est comme l'eau, ma petite aime l'eau!)

41

42

43

44

45

46

Avec la fin de la pente, le jeu de l'eau prend fin aussi. Je me retrouve au Nord de Contrac, je sors le téléphone pour regarder la carte, car à partir de maintenant, j'entre en terrain inconnu. Zut "accès non autorisé". Bon, il va falloir que je me débrouille! Pour aller à Contrac, il faut virer à droite, mais une large piste m'invite à tourner à gauche. Ca a l'air pas mal! Ce décor bucolique m'est fort agréable. C'est une piste, c'est plat, mais je me régale! Etonnant, non?

47

48

49

Bon, je me rends compte que ce n'était pas la bonne option lorsque je me retrouve dans une large épingle et que je file droit vers Rabat (en effet, après report de la trace, on voit que j'ai fait un petit crochet et qu'en passant par Contrac, ça aurait été plus direct). Pas bien grave, je suis motivée et encore en forme, même si ça fait un moment que je suis partie, maintenant. Les douleurs aux jambes ont disparu depuis longtemps, la machine est lancée!

50

Autre curiosité, la piste se termine soudainement et je me retrouve à suivre une trace dans la végétation dont je me demande si elle est d'origine animale ou humaine tant elle est peu visible. Et chose encore plus curieuse : ce court passage me mène sur un sentier balisé. Gauche? Droite? Je choisis cette dernière option. Erreur! Il fallait prendre à gauche!

Enfin me voilà recalée sur le chemin qui mène à Bédeilhac. Toute cette partie est vraiment très agréable, je me régale. A ce moment, je pense avoir encore assez de jus pour monter à la tour de Montorgueil et rentrer par Cabus... soit quelques centaines de D+ supplémentaires.

Batterie du téléphone faible, fraîcheur humide dans la partie qui mène à Aynat,  retour sur l'asphalte qui casse le rythme, ces éléments auront finalement raison de ma motivation. La tour sera pour une prochaine fois; je rentre.

51

Encore un clin d'oeil au roc de Sedour, sentinelle de mon quotidien, et je rentre, via la traversée de Saurat en plein courant d'air, contraste saisissant avec la chaleur ressentie tout au long du parcours.

52

53

3h20, 18 km et 800 à 900 m de D+ après (et pas loin de 80 photos), me voilà de retour à la maison, pas si boueuse que ça, finalement. Me reste à prendre une bonne douche et sortir l'arnica pour la fesse gauche et le genou droit...

20180508_111055_LI