Episode 1 : parcours du 11 km du trail de la Courbière

 

20180224_112354

Départ du parking du parc de la préhistoire où y'a plein de place pour se garer! Aujourd'hui, hormis le parcours artistique et la portion "opération nettoyage" de la semaine dernière, c'est une découverte pour moi!

Cool...

Météo magnifique, soleil, ciel bleu, pas de vent.

01

02

D'entrée, le parcours me plaît : le départ tranquille, la montée (tranquille aussi) vers la palombière de l'Asclotte, le cheminement en crête, la (courte) descente vers Balières où la pluie tombée en abondance a formé un étang, tous ces ingrédients forment un cocktail vraiment agréable...

03

04

05

06

07

Soudain, virage à droite, engagement sur la piste menant au col du trou, et là, c'est beaucoup moins tranquille. Nom de Zeus, ça a beau être une piste, ben... Ouh la la...

Enfin, ça se calme un peu et le parcours se poursuit en crête, direction le sommet de Vente Farine, le point le plus haut du jour. Il y a encore un peu de neige, c'est toujours aussi beau.

08

09

10

Peu à peu, les hêtres cèdent la place aux buis. Grâce au travail effectué la semaine dernière, les branches enneigées ne barrent pas le chemin (sauf une, peut-être - pour les grands)...

11

12

13

14

15

16

On en perd du temps à admirer le paysage quand c'est aussi joli! 

17

18

Nous voilà sur la piste que nous retrouverons un peu plus loin. Ici, nous ne faisons que la traverser.

19

On croit en avoir fini de monter, et bien non, sur le kilomètre de cette fameuse piste qu'il va falloir avaler, ça monte, doucement, certes, mais ça monte...

En fait, j'ai l'impression de ne faire que monter depuis le début!!!

Enfin, en virant toute à gauche, nous entamons la descente sur une sente à sensations variables (pour plus d'informations sur cette expression, prière de me contacter au 06... Non, je déconne; vous verrez bien!)

20

Dans la dernière partie, y'a même un torrent qui s'est invité au milieu du chemin; ça faisait longtemps!

21

Banat est en vue - ah ben finalement, ça descendait, quand même! - mais avant de l'atteindre, passage par la croix. La vue est belle (la vie aussi!).

22

23

24

Encore une petite erreur d'aiguillage à la sortie du village pour retourner au parc de la préhistoire, vite récupérée; reste une prairie à traverser et la voiture est à portée de main!

Je suis vannée, mais contente, car je me suis régalée sur la quasi totalité du parcours. Un rapport distance/dénivelé qui me convient mais qui reste exigeant, très exigeant, même! Avec la fatigue en moins, gageons que j'aurai encore plus de plaisir à le refaire!

 

 

Episode 2 : Bédeilhac - Rabat - La Freyte - le Mount - col d'Ijou - Bédeilhac

Le lendemain, c'est parti pour un petit tour que j'ai déjà fait, toutefois, je vais y ajouter une portion inconnue entre Rabat et La Freyte.

Départ de Bedeilhac, direction Rabat par les sentiers. Cette fois, je connais le parcours et je ne passerai pas 1/4 d'heure à faire le sanglier entre ronces, lianes et bois mort pour joindre la piste sur laquelle je me trouve et celle qui mène à Rabat (ben oui, car un autre bout de piste permet cette jonction; il aura fallu que je m'y reprenne en trois fois pour m'en apercevoir, au prix de belles rayures sur la carrosserie - tout ça pour éviter la route!)

Ca roule, ça court, ça déroule jusqu'à Rabat, où il me faudra encore parfaire mon orientation dans le dédale des ruelles!

Pour aller à Contrac, pas de souci, maintenant je connais, mais aujourd'hui, direction La Freyte.

Petit bout de route que nous quittons très vite pour nous engager sur le GR de pays qui longe la rivière.

Ah ben ça y est! La voilà, la Courbière, celle qui a donné son nom au trail!

01

02

03

Le parcours est super agréable.

Arrivée à la Freyte, le soleil explose; il fait bien chaud... Comme c'est agréable de voir le bleu du ciel après qu'il ait tant pleuré!

C'est là que l'on récupère le tracé du 23 km du trail.

04

05

06

Cet itinéraire, je le connais, pour l'avoir emprunté maintes et maintes fois pour monter au Menties, voire au cap de la Dosse...

Le sol est incroyablement sec!

Juste un peu de boue par-ci par-là, trois fois rien, sauf à la jonction avec le GR - mais là je pense que même en plein été, il y en a aussi - sur lequel nous nous engageons, direction le Mount (ou sommet du mont - un nom qui me fera toujours rire!)

07

J'adore cette montée entre buis et roches erratiques; j'ai l'impression que c'est le repaire de petits lutins et je souris en imaginant qu'ils sont cachés, là, pas loin, nous regardant souffler avec leur regard malicieux!

Il y a encore un peu de neige où des empreintes de baskets commencent à fondre... Y'a de la reco dans l'air!

08

09

Aujourd'hui, comme je suis là plus tôt que d'habitude, je peux photographier les 3 Seigneurs des lieux sans avoir le soleil dans l'objectif...

10

11

Je sais, je l'ai déjà écrit, mais je ne m'en lasse pas : comme elle est belle, cette vallée!

12

Moi aussi, je m'imagine gardienne du Mount...

13

14

15

Météo magnifique, mais il ne faudrait pas se refroidir! On attaque la descente, enfin, attaque est un bien grand mot tant je prends mes précautions! Pas envie que mes fesses aillent à nouveau rejoindre le caillou qui m'a laissé une belle trace passée par presque toutes les couleurs de l'arc en ciel pendant plusieurs jours!

Aujourd'hui, pas de boue, de la neige. Enfin, de la neige sur la boue, des traces de glissade, bref, c'est plutôt terrain fuyant...

Passé ce moment, retourner au parking de Bedeilhac n'est plus qu'une formalité.

Juste un chouia de boue au col d'Ijou, et après, y'a plus qu'à. Grimpeurs, randonneurs, vttiste, les alentours de Calames sont toujours fréquentés!

 

Un week-end "Courbière" bien sympathique, exigeant, mais magnifique!

Prochaine étape : faire le parcours du 23 km...

...en une seule fois, histoire de découvrir la part d'inconnu!

portion a decouvrir_LI