Allez savoir pourquoi,aujourd'hui, il me prend comme une irresistible envie d'aller au Bugarach... Un petit tour là-haut en mode "rapide", histoire de me dégourdir les jambes qui ont la bougeotte en ce moment...

Toutefois, des courbatures aux cuisses, marques de la dernière rando (et de la reprise des entraînements en course à pied???!!!) font leur apparition dans la nuit et vont me faire revoir les objectifs à la baisse... Alors le Bugarach, ok, mais tranquillement!

Aïe, le seigneur est encombré...

 

01

 

Rien ne semble pouvoir me décourager ce matin, et malgré ce nuage gris qui chapeaute le sommet, je tente le coup. Je gare la voiture en face du sentier de départ (sentier cathare sur la D45, point 601, à 2 km de Bugarach) et commence la grimpette, tranquillement. Le terrain est boueux, heureusement c'est presque plat et la pratique du trail, de la CO et autres raids dans des régions pluvieuses m'ont habituée à ces conditions, que j'adore, en fait (!!!). En un bon 1/4 d'heure, je suis à l'intersection sentier cathare/voie de la fenêtre.

 

02

Il ne fait pas froid, j'ai même carrément chaud... Les nuages sont toujours présents là-haut, mais ça semble moins "grave" que ce que je pensais, donc tout va bien...

Au fil de la montée dans les buis, où ça glisse bien aussi -mais là, c'est moins drôle, parce que ça grimpe- le son de plusieurs voix se faisant de plus en plus net me confirme que je me rapproche d'autres randonneurs... Effectivement, je rattrape un groupe de 4 personnes au moment où le végétal cède la place au minéral... On discute un peu, en marchant à leur rythme, puis je me laisse finalement emporter par mes pas qui se veulent soudainement plus rapides... C'est nettement plus agréable de progresser sur cette roche blanche, puis grise, que sur la terre... Alors je trace vers le ciel bleu, le coeur léger...

03

04

La fenêtre est toute proche... Et quand je passe de l'autre côté, le changement de température est cinglant... Je me retrouve à l'ombre, dans un filet de brume et le vent vient ajouter un peu de fraîcheur...

06

07

08

Heureusement, tout cela se dissipe vite et c'est avec joie que j'aperçois le sommet!

09

10

Là-haut, à 1230 m d'altitude, je suis étonnée du peu de vent... Je suis au soleil et peux profiter pleinement du spectacle des nuages bien installés et du voile de brume qui rend le paysage sans cesse différent.

Le Canigou et le Saint-Barthélémy laissent entrevoir leur cime, ainsi que le Madres. Au loin, les massifs enneigés de la Haute-Ariège se confondent avec la blancheur des nuages... A l'Est, je vois la Méditérranée, le littoral et le début de la chaîne des Pyrénées... Le château de Puylaurens est bien visible également. Le département de l'Aude est sous le soleil...

11

 

13

14

15

16

Je ne me lasse pas du paysage... La brume qui apparaît et disparaît au gré du vent rafraîchit un peu l'atmosphère, mais avec la veste et des gants, c'est largement supportable, si bien que je ne parviens pas à me décider à poursuivre mon chemin...

19

 

Je m'autophotographie...

17... et me dis que je vais attendre les 4 randonneurs rencontrés tout à l'heure. D'ailleurs c'est bizarre, je les entends, mais ne les vois pas!!!

Je prends encore quelques photos, lorsque soudain, je les vois, sur l'autre crête. De mon point de vue, il me semble qu'ils se dirigent tout droit vers la falaise... Je ne sais pas comment ils sont arrivés là... Ils me font peur; je les appelle, leur dit que ça plonge, mais visiblement, ils sont sur un sentier balisé en jaune, eux aussi. Finalement, je les vois disparaître derrière cette ligne de crête.

20

22

23

Je m'apprête à reprendre la route lorsque soudain, en me retournant, je vois sur la paroi qui me fait face un phénomène pour le moins surprenant qui m'arrache une exclamation comme rarement! Vite, vite, je sors l'appareil photo et je mitraille...

Ce spectacle me cloue au sommet pour quelques instants encore...

25

31

33

 

35

37

Je mitraille, je mitraille, tellement j'ai peur de ne pas pouvoir capturer cet instant...

C'est tout simplement incroyable. Jamais je n'ai vu un "arc-en-ciel" (mais peut-on encore le nommer ainsi?) comme ça et ce qui est encore plus hallucinant, c'est que où que je sois, mon ombre est toujours au centre de la "cible"...

Je me dis qu'il faut vraiment être au Bugarach pour voir ça!!! Maintenant, je sais pourquoi j'ai été "poussée" vers ce sommet aujourd'hui. Si c'était juste pour assister à ce spectacle, ben ça valait vraiment le coup!

31b

Presque à contre-coeur, je me décide à quitter ce lieu magique, pour ne pas dire enchanteur; les nuages se font de plus en plus nombreux et je ne voudrais pas rater le départ du sentier descendant au col du Linas.

Finalement, seuls quelques mètres sont voilés. Très vite, le soleil perce à nouveau.

39

41

43

45

Sur le chemin, je rencontre un autre groupe de 4 randonneurs en train de déjeuner dans les rochers. Au collet (pied du Pech), une tente est plantée... Je ne sais pas depuis combien de temps elle est là, mais elle semble avoir souffert des intempéries et je doute qu'elle puisse résister à une forte rafale de vent!!!

Le sentier est hyper-glissant, entre boue et rocher humide. La prudence est donc de rigueur... C'est dans la partie la plus "tobbogan" que je croise deux Espagnols, ou plutôt Catalans (je les ai entendus arriver de loin; leur réputation n'est plus à faire, hein!) dont l'un est rouge écarlate... Ils me demandent si j'ai fait le pic et s'il est encore loin... Courage, les gars! La partie "j'fais un pas en avant et deux en arrière" est presque terminée!!!

Plus bas, un jeune couple grignote quelques biscuits sur le bord du chemin... Moi, je n'ai pas encore mangé, et je n'ai même pas faim...

46

Je presque-termine tranquillement. Au point 800, je quitte le sentier menant au col du Linas (667 m) pour aller récupérer la voiture. Il n'y a pas de sentier, l'itinéraire consiste donc à rester sous la Pique Grosse en traversant le plus possible de prairies (sinon, forêt très dense). Ca se fait très bien, sauf que je plonge trop à un moment et que je me retrouve sur la route plus vite que prévu, ce qui me contraint à fouler le bitume sur 1 km environ. Il fait une de ces chaleurs! La Pique Grosse et le Bugarach sont désormais totalement débarassés de leurs nuages, pour un peu, j'y retournerais bien! Mais je n'ai rien à regretter, convaincue que j'ai fait ce sommet au bon moment, celui où il fallait être pour voir ce que j'ai vu... Je me félicite d'avoir eu 1 heure de retard sur mon projet ce jour-là (le temps de la réflexion nécessaire pour me décider à randonner malgré la douleur aux cuisses). Une heure plus tôt, et j'étais dans les nuages complet... Plus tard, j'aurais davantage profité du soleil, mais bon... Non, vraiment, il n'y a pas de hasard.

47

48

49

50

Je reprends la route, tranquillement, et photographie le Bugarach du même endroit que ce matin; sans son chapeau gris, ce n'est plus le même!

52

53

54

Je m'éloigne, le Pech se recouvre peu à peu. Je ne suis pas dans le trip "illuminé" ou autre plan ésotérique que ce site génère, mais je dois bien admettre que y'a un truc qui se passe avec cette montagne et son environnement. Que je sois à pied sur les sentiers ou dans ma petite voiture à sillonner les routes, je m'y sens bien...

A bientôt, donc!


Durée totale pour la boucle : 3h18, dont 1h05 du parking (601 m) au Pech de Bugarach (1230 m) et 30 mn de pause au sommet.

 

parcours Bugarach

Carte IGN 1/25000 n° 2347OT Quillan

 


Commentaires sur Le Pech de Bugarach aux couleurs du cercle-en-ciel

 

cet "arc en ciel" s'appelle un spectre de Bohren (je ne suis pas sûr de l'orthographe)
Amitiés
Christian "Mémoire Qui Parle" Lamouroux (de Prads)

 

Posté par Mémoire Qui Parl, il y a 24 jours | | Répondre

  •  

    après vérification le nom est BROKEN

     

    Posté par Mémoire Qui Parl, il y a 24 jours | | Répondre
  •  

    Merci Christian pour ces infos! Bise

     

    Posté par pyreneesmagiques, il y a 23 jours | | Répondre
  •  

    Bravo pour les photos du spectre ; c'est rare !
    cela est provoqué par une forte humidité ambiante et du brouillard ; voir cela au Bugarach , c'est la fin du monde annoncé , avant l'heure !
    Amitiés

     

    Posté par montcalm, il y a 20 jours | | Répondre
  •  

    Il fallait que plusieurs éléments soient réunis... Disons que je me suis trouvée au bon endroit au bon moment pour assister à ce spectacle... Moment magique