Le Fourcat, une classique hivernale, une virée faite sous bien des conditions différentes...

... mais, de nuit, jamais!

Alors forcément, quand Jean-Seb propose cette sortie aux VO2, ça résonne partout en moi et il ne m'en faut pas plus pour me rebooster!

Hésitation tout de même - avec l'affluence qu'il a dû y avoir là-haut dimanche dernier, la trace sera faite, mais probablement verglacée aussi, et puis va faire froid! - mais à 18h je suis au rendez-vous.

01Montée en voiture jusqu'au parking des Brouques, quasiment pas de neige, barrières naturelles tombées sur la route vite levées par Jean-Seb et Alain, chevreuils, jour qui décline avec beaucoup de clarté, vue époustouflante sur la chaîne, le ton est donné.

Derniers préparatifs et c'est parti! 

 

02

Trace effectivement faite (Quoââââ?! 200 randonneurs ont emprunté cet itinéraire dimanche???) température plus que correcte, bon rythme, coupettes, et là :

- Zut, je crois que j'ai laissé les clés sur la portière de la voiture! Oh Alain, tu déconnes! 

Coup de fil, problème résolu. On poursuit la marche. Sortie de forêt, encore quelques pas et elle se dévoilera, elle sortira de derrière la crête, elle nous éblouira!

Waouh!

Eteignez les lampes, la lune nous éclaire, nous fait la lumière! Une belle lune rousse, grosse, ronde qui nous en met plein les mirettes!

03

03 b

 

04On n'a pas froid en marchant mais faut pas trop s'arrêter. Lauzate nous amène un petit vent de fraîcheur! 

Pause à la cabane, endroit idéal pour en remettre une couche et croquer un bout avant d'affronter le froid Fourcatien!

Les filles, en voyant les garçons sortir leur surpantalon:

- Euh, t'as ça, toi, Murielle?

- Non et toi, Babet?

- Non, non!

- Bon, on est des filles, même pas froid! Le fuseau suffira!

05

Petit clin d'oeil à ma nièce Solène, qui en découvrant cette cabane, s'était presque offusquée de ne pas y trouver la wifi... mais ravie qu'il y ait un miroir! 

20h01, message de Mélanie et du petit groupe parti courir à la Carbonnière "on vous voit!"

Yep! 

On quitte la cabane pour quelques instants, le temps de monter à 2001 mètres d'altitude.

125 mètres vite avalés...

... émulation, quand tu nous tiens!

Déjà le cairne sommital!

06On voudrait immortaliser l'instant, que les photos impriment le spectacle qui s'offre à nous, pouvoir faire profiter du spectacle, partager ce moment de bonheur simple, mais c'est plutôt :

- Mais comment on fait des selfies?

- Je vois rien sans mes lunettes!

- Je trouve pas le mode nuit!

- Et le flash, hein, et le flash?

- Mais comment elle fait Mélanie pour prendre ses photos?

Fous rires - on n'est vraiment pas doués - et doigts gelés (surtout Jean-Seb!) on n'aura peut-être pas su mettre en boîte la magie de l'instant, mais on aura bien rigolé!

Alors on emporte toutes ces images dans notre boîte à souvenirs à nous, avec les émotions qui vont avec.

 

 

 

 

07

Même pas froid, car chaud au coeur, on redescend en trottinant.

Lune enchanteresse, tu épingles dans le ciel un peu de mon âme, les étoiles en sont le reflet, la lumière, et mon coeur s'emplit de joie, d'allégresse, de légèreté.

Mes pas sont légers eux aussi. Encore cette sensation de voler, d'être à la proue d'un vaisseau qui navigue sur les cimes et m'emmène loin, très loin...

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

08Nouvelle pause à la cabane, cette fois pour le "vrai" casse-croûte. Et là encore, les filles :

- Euh, mais moi je ne savais pas qu'on mangeait, je n'ai rien pris, j'ai juste un paquet de Tuc!

- Aïe, moi non plus, je ne savais pas! J'ai fait un gâteau, mais il est dans la voiture. Du coup, j'ai seulement une barre d'amandes!

Alain : "J'ai monté le pain, le saucisson, le fromage, mangez! je ne vais pas redescendre tout ça!!"

22

On s'exécute...

Pas faim, mais finalement et comme on dit, l'appétit vient en mangeant. Et puis le saucisson est bon!

Quel sympathique moment!

De se remplir l'estomac ne rend pas la lucidité photographique... Alain, content, s'exclame "je suis en mode selfie, là!". Euh, non, c'est le mur que tu es en train de photographier.

Nouveaux fous rires!

 

09

Villes, villages, hameaux éclairés nous rappellent; bientôt nous quitterons la clarté de cette nuit de pleine lune sur la crête, cette lumière naturelle pour regagner la lueur artificielle

Alors profitons encore de l'instant, de cette chance qui nous est offerte ce soir...

 

 

 

10

Et cette fois, alors qu'il était introuvable, je n'arrive plus à quitter le mode selfie!!!

Je ne sais pas qui a décroché la lune ce soir, et si tout le monde a emporté un bout de ciel dans ses yeux, mais les miens brillent et je pense à tous ces instants emprunts de poésie, comme autant d'étincelles qui illuminent la vie...

 

 

11

11 b

 

12 

13

Retour dans la forêt, on retire une couche, il ne fait pas froid du tout. 

14

La petite aventure du jour - ou plutôt de la soirée - touche à sa fin; c'était vraiment LE soir où il fallait sortir, toutes les conditions étaient réunies, dans le ciel, la météo et au sol. En effet, contrairement à ce que je craignais, les traces laissées par nos prédécesseurs n'ont pas gelé et ont permis de ne pas nous enfoncer dans la neige. C'était le juste équilibre qu'il fallait pour cheminer sur un terrain très agréable pour les pieds. 

Pour une fois, je rentre avec les chaussures propres, plus propres même que ce qu'elles étaient au départ, et il n'y a pas que moi!

Retour au parking, je cours encore quelques mètres pour aller photographier les statues et le panorama...

... ou peut-être parce que je n'ai pas envie de m'arrêter, tout simplement.

15

16

17

18

19

20

21

Merci à Gérard, Alain, Babet et Jean-Seb pour cette sortie féérique!

Petit clin d'oeil à Nathalie et Gauthier qui étaient à l'Estibat ce soir-là et qui ont vu nos lampes! Cinq étoiles supplémentaires dans le ciel...

Les photos de Jean-Seb :

js 1

js 4

js 6

 

Déclinaisons au Fourcat...

Miroir ô mon miroir et rencontre avec Dédé la trompette (récit n°3)

Le Fourcat à l'ère glaciaire et la cabane de Prat Moussu

Voile de brume au Fourcat (depuis Saint-Paul)

Le Fourcat en errance (depuis Cazenave)

Un Fourcat en poésie

 

Encart poétique:

"La lune perd une plume qui tombe sur la terre.

Qu'est ce que ça peut écrire une plume de lune sur la terre des hommes ?

Tout dépend de la main où la plume se pose :

 Le persil ou la rose, la prose ou le poème."

Jean Joubert.

 

"Quand la lune, écartant son cortège d'étoiles,

Jette un rgard pensif sur le monde endormi,

Devant son front glacé je fais courir mes voiles,

Ou je les soulève à demi."

Louise Ackerman