Au mois de mars, il y a des jours où le soleil pointe le bout de son nez, chauffe, réchauffe et brûle même…

C’est parti pour quelques balades placées sous le signe de la bonne humeur et la convivialité.

D’abord, le classique Mont Fourcat (2001 m) par le moins classique itinéraire depuis Freychenet (840 m) surtout quand avec Alain, on y ajoute une petite touche personnelle, l’ascension d’un sommet inédit, après une erreur de direction. Une belle grimpette un peu glissante dans la neige et les feuilles mortes…

Après cette petite variante, on progresse raquettes aux pieds, l’arrivée au sommet est cinglante, le vent nous met une méchante claque et nous contraint à redescendre rapidement, crampons aux pieds. Le lieu de pique-nique du jour se trouve un peu plus bas, à la cabane de Prat Moussu… Une superbe terrasse où on se délecte du paysage.

Puis comme on n’aime décidément pas les chemins tous tracés, on s’offre au retour une autre variante en crête, comme si on voulait retarder le plus longtemps possible la descente.

MF 1

MF 2

MF 3

MF 4

MF 5

14 km, 1300 m D+ environ, 7h39 pauses comprises (2h10 pour le Coulobre et 1h de plus pour le Fourcat)

Carte IGN 2147 ET Foix

L'an dernier, à la même époque :

 http://pyreneesmagiques.canalblog.com/archives/2013/03/15/26655664.html

Le Mont Fourcat par d'autres itinéraires

http://pyreneesmagiques.canalblog.com/archives/2012/12/17/25938199.html

http://la-montagne-ca-vous-gagne.over-blog.com/pages/le-mont-fourcat-autrement-7404589.html

                                   ***************************

Quelques jours plus tard, c’est vers une autre classique hivernale que nous nous dirigeons avec 3 amis Cafistes : la montagne de la Frau (1925 m) depuis le parking à la sortie du village de Montségur (900 m). Une longue boucle faite trois mois auparavant, mais… c’est juste pour le plaisir de se retrouver entre amis pour aller pique-niquer dans un décor de carte postale… grandeur nature ;-)

Et quel repas ! Je ne suis pas amatrice de vin, mais je trouve celui de Daniel très très bon… et je ne suis pas étonnée quand j’apprends que c’est du … Maury ;-) Mmmmm. Et on n’en est qu’au début des réjouissances. Les crêpes de Gisèle arrosées de génépi sont un délice pour les papilles. Petits gâteaux et café, bref, vous aurez compris que pour ce genre de sortie, il vaut mieux amener un ustensile fort utile, un gobelet ;-)

F1

F2

F3

F4

F5

16 km, 1100 m D+ environ, 7h52 avec les pauses (4h25 pour le sommet)

Carte IGN 2247 OT Lavelanet

Quelques photos pêle-mêle de mes acolytes :

050b

149

191

193b

216

242

251

DSC03844

DSC03847

DSC03848

DSC03851

P1040952b

P1040956b

P1040957b

P1040958b

P1040968b

P1040970b

 

                                      **************************** 

 

Une troisième classique pour moi le lendemain, en solitaire, le pic du Col Taillat (1950 m) depuis Gesties (960 m). L’objectif du jour était le Pla de Montcamp, mais je me sens en grande forme. En plus, je suis sur le point de rattraper deux randonneurs que j’ai en ligne de mire depuis un bon bout de temps. Et comme je vois qu’ils continuent après le pla de Montcamp, je me décide à poursuivre aussi. Ainsi, je ne serai plus seule. Finalement, l’un des deux renonce à peine la descente vers le col de Sasc entamée (« pas envie de remonter cela au retour »), je me mets donc en tête de rejoindre son compagnon pour l’aider à faire la trace en raquettes jusqu’au pic du col Taillat. Tu parles ! Un homme est un homme, et … (explication plus loin). Il avance, bille en tête. Je pressens que … (explication plus loin bis), du coup, je fais mes propres traces pour parvenir au sommet avec le goût de l’effort.

Quand j’y arrive, l’homme me dit « vous marchez bien » ce à quoi je réponds « vous aussi ». Explication : « oui, quand je vous ai vue derrière mes talons, j’ai mis un point d’honneur à ne pas me faire doubler ! mais je suis crevé. J’ai quand même hésité à m’arrêter pour faire des photos (prétexte pour faire une pause) ». Fierté typiquement masculine ;-) qui me fait rire !

Moi, je ne voulais pas le doubler, juste l’aider à faire la trace… Mais bon ! Cela ne nous empêche pas de prendre notre repas ensemble, avec aussi trois skieurs, dont Christine que je connais. Paysage idyllique, à nouveau. L’homme retourne au Pla de Montcamp rejoindre son ami, je lui emboîte le pas et lorsque j’arrive, je suis invitée à prendre un petit thé. Je vous l’ai dit, il faut toujours avoir un gobelet dans son sac ;-) Nous passons 45 mn fort sympathiques avant de redescendre vers le village plus ou moins ensemble.

Encore un super moment sous le soleil ; j’ai bien du mal à redescendre…

D’ailleurs, je me pose encore un bon moment avant de rentrer dans la forêt, me replongeant un instant dans le souvenir de l’aventure du GR10, avec son tracé qui monte, qui descend, qui monte, qui descend, qui… ainsi qu’au col de Gamel. Et justement, une gamelle, j’en prends une avant Gestiès, dans la boue, évidemment ;-)

T1

T2

T3

T4

T5 

13 km, 1250 m D+, 6h27 avec les pauses (2h10 pour le Pla de Montcamp en m’efforçant d’y aller doucement + 40 mn pour le Taillat.)

Carte IGN 2148 OT Vicdessos

L'hiver dernier, au même endroit : http://pyreneesmagiques.canalblog.com/archives/2013/01/10/26112136.html

 

                                      ****************************

Et on poursuit avec une autre classique : le Cap de le Dosse (1948 m) depuis la Freyte (800 m). Une longue, longue crête que je connais par cœur jusqu’au roc des Pelades, mais aujourd’hui, sortie CAF oblige, le réveil a été matinal et on a donc le temps de poursuivre ; c’est pas comme quand je me décide à partir seule…

C’est toujours aussi joli, je ne m’en lasse pas… Le soleil brille, brille si fort qu’il fait luire la fine couche de neige croûtée sur la pente du Cap de la Dosse et ce miroir me fait peur… Des angoisses me reviennent, et la vision de la glace me met mal à l’aise. Ce n’est rien et ça tient, je le sais, mais y’a rien à faire, je ne peux pas lutter contre cette peur. Jean-Pierre propose alors de m’encorder. Je refuse, puis j’hésite, puis je finis par accepter, gênée, honteuse, même… Une première pour moi. Juste pour me rassurer, car il n’y a vraiment rien à craindre. Tout se passe très bien. Au final, nous n’allons pas jusqu’au sommet, une énorme accumulation de neige nous barrant son accès. Avec les conditions météo et le risque d’avalanche accru, inutile de prendre des risques. Pas sûr que la neige tienne. Nous retournons manger au cap de l’Escalot. Une très belle grosse journée…

CD1

CD2

CD3

CD4

CD5

CD6

 

                                             **************************************************************

Je termine par une petite note ventée, un passage dans les Pyrénées-Orientales, tour de Batère, puig de l'Estelle et Puig Saint- Pierre

BAT 1

BAT 2

BAT 3

BAT 4

BAT 5