Voilà un moment que je l’avais en ligne de mire, ce haut sommet frontalier entre Ariège et Andorre. J’m’étais même dit qu’il devait tout naturellement venir se greffer sur la liste des « longues bambées ariégeoises et au-delà » après la Coma Pedrosa et le Serrere.

Oui, mais une fois n’est pas coutume, et pour une raison déterminée, je vais tricher un peu et faire ce sommet par son versant andorran. Bon, disons que c’est une découverte et que ça ne remet nullement en question mon projet d’ascension par la France.

De bon matin, avec Louis, nous partons donc au pays de l’or blanc et du commerce… A Canillo, nous quittons l’axe principal de la principauté pour nous rendre à Ordino, via le col éponyme, puis à El Serrat. A la sortie de ce village, nous quittons la direction d’Arcalis pour prendre une petite route à droite, à l’issue de laquelle se trouve un grand parking, un bâtiment d’accueil du parc naturel du val de Sorteny (où y’a même la météo qui est affichée, c’est dingue !) et un panneau d’information situé au point de départ de la rando.

FB01

Nous sommes à 1780 m, presqu’un record d’altitude de départ…

 

 

 

 

 

Tranquillement, nous remontons la vallée du Rialb, sous un ciel un peu couvert.

 

 

FB02

Rapidement, nous parvenons au beau refuge de Rialb,

 

FB03

 

 

puis à l’intersection portella de Rialb/portella de Siguer, où le pic de Font Blanca se montre déjà.

FB04

 

Nous changeons de direction, ça monte un peu plus sec dans des pentes herbeuses, il fait chaud et déjà, la Portella de Rialb (2508 m) attire nos pas.

FB05

 

Le vent souffle, on ne traîne pas et poursuivons notre route vers le sommet. A 2700 m environ, le pic de l’Albeille et le Tristagne crèvent le paysage.

FB06

 

La crête frontière France/Andorre et plus loin derrière, celle France/Espagne se font voir également.

FB07

 

On n’a pas l’habitude de les observer depuis ce côté, du coup, ce n’est pas facile d’identifier les sommets.

2h45 après notre départ, soit à 11h30 à peine, nous sommes au sommet du Font Blanca ou pic du Port (2903 m).

FB08

 

Quel magnifique belvédère !

Vers la France, l’étang du Rouch, tout proche, et celui de Gnioure, au loin.

FB09

 

A leur droite, les étangs de Lassies

FB10

 

Au NO, les étangs de l’Albeille, et peut-être le pic Picot, et le massif de Bassies

FB11

 

Légèrement au-dessus, les étangs de la Goueille et le Tristagne

FB12

 

Puis, le pic de l’Albeille, la Soucarrane et la Maladeta

FB13

 

Le Bassies et le Valier

FB14

 

Le massif de la Maladeta

FB15

 

Toujours au sommet

FB16

 

On voit aussi le Saint-Barth,

FB17

 

Le bel étang Blaou et le Thoumasset,

FB18

 

le Tristagne et le massif de l’Estats,

FB19

 

la Maladeta, l’Estats, le pic de l’étang Fourcat et le Tristagne...

FB20

 

Zoom sur le massif de l’Estats

 

FB21

 

Il fait tellement bon, malgré un léger souffle de vent, que nous nous délectons du paysage une heure durant. C’est tellement beau, tellement étendu et diversifié à la fois…

Quand on voit tous les étangs côté français, on ne peut que regretter qu’il n’en soit pas de même côté andorran. Ca manque un peu. Mais ça me donne encore plus envie de le faire par la France, version longue, voire très longue si on envisage de rester en admiration près de ces innombrables étendues d’eau…

Nous retournons jusqu’à la Porteille de Rialb

FB22

 

avec dans notre dos le Pic de Font Blanca

FB23

 

et son voisin le pic d’Arial...

FB24

 

Serait-ce le Carlit (tout au fond) ?

FB25

 

Au col, nous improvisons la suite du parcours et partons à l’assaut du pic de Besali (2639 m).

On jette toujours un œil sur le pic de Font Blanca,

FB26

 

puis sur le Serrere, la Cabaneta et l’Estanyo...

FB27

 

...et sur ???

FB28

 

Le pic de Besali est rapidement atteint.

FB29

 

Il ne nous reste plus qu’à attaquer la descente. On suit la crête, Louis pense que pour préserver sa cheville convalescente, il vaut mieux récupérer le sentier de la Coma de Varilles (à droite) or, allez savoir pourquoi, on finit dans la pente à gauche (versant sud du pic de Besali), pour aller chercher le sentier menant au refuge de Besali. Après cette petite descente sportive, rejoindre le refuge de Besali – qui est plutôt une cabane de berger - est un jeu d’enfant.

Le berger est un rêveur, c’est rigolo…

FB32
FB30
FB31

On a une belle vue sur le Serrere, la Cabaneta et l’Estanyo...

FB33
FB34

A 16h08, nous sommes de retour au parking. Il ne nous reste plus qu’à installer le bivouac et profiter de la beauté du site.

FB36
FB35

 

Une boucle d’une durée de 7h22 avec les pauses, dont 2h45 pour atteindre le sommet. 12,5 km – la vallée n’est pas si longue que ce que l’on avait imaginé – 1300 m D+ environ.

Carte 1/50000 n°21 Andorra – Cadi.

Carte 1/25000 2148OT Vicdessos

Aucun problème d’orientation… Itinéraire balisé du début à la fin.

FB37
FB38
FB39
FB40
FB41