... ou vaca pas passer par là !!!

En ce mardi férié en Andorre, je décide d'aller faire un tour entre ports de Banyels et Siguer, en totale impro, envisageant une boucle de l'un ou l'autre côté de ces cols andorrano-astoniens...

Je pars du parking de Sorteny (1750 m) où il y a beaucoup moins de monde que dimanche, ce qui me permet de me garer correctement sans risquer la prune, et m'engage tranquillement dans la vallée de Rialb. Peu après mon départ, je tombe sur un troupeau qui ne me laisse pas d'autre choix que de me mettre sur le côté. Sur cette sente, y'a pas la place pour deux, et je ne fais pas le poids, alors je patiente dans les rhodo, entre le sentier et le torrent. Une fois que le convoi est passé, je reprends mon chemin, dégustant au passage quelques délicieuses framboises.

01

02

03

 

Le cheminement est agréable, j'ai en tête le souvenir de mon premier passage au même endroit avec Louis; nous étions partis à l'assaut du pic de Font Blanca. Une belle balade.

Il n'y a pas grand-monde, mais je présume que le peu de personnes que je rencontre aujourd'hui s'y rendent également.

04

 

Quant à moi, je quitte cet itinéraire au niveau de la passerelle, à la bifurcation portella de Rialb/ port de Siguer et port de Banyels avec en point de mire le pic de Font Blanca que je ne me lasse pas de regarder. 

05

06

 

Cinq minutes plus tard, nouvelle bifurcation port de Siguer/port de Banyels. Je prends à droite, direction Banyels. Je devine à la sente que c'est un itinéraire très peu fréquenté. Et c'est peut-être pour cela que....

Toujours est-il que ce cheminement est très beau et très agréable. Je me retourne régulièrement pour regarder encore et encore le Font Blanca. Tout va bien; je franchis un ravin et continue, sauf qu'à cet instant, les vaches qui se trouvent là gueulent - y'a pas d'autre mot. Je trouve ça curieux, je me demande ce qu'elles ont... Et bien, il semblerait qu'elles en aient après moi!!! Deux d'entre elles viennent vers moi d'un pas assez rapide, je leur trouve un air franchement pas sympathique. Rien à voir avec celles croisées plus bas! C'est peut-être mon imagination qui me joue des tours, à moins que ce soit ce qu'on entend régulièrement à propos "d'attaques" de vaches qui me fait psychoter, mais je ne crâne pas. Je m'éloigne du troupeau, mais les deux agressives continuent à avancer vers moi, et les autres s'y mettent également, certaines en poussant toujours des cris. Je commence franchement à avoir la trouille, je me dis que celles-ci ne doivent décidément pas voir grand-monde dans le secteur et être perturbées par ma présence, à moins que ce soit des vaches de l'Aston ayant passé la frontière, puisque c'est dans cette partie sauvage de l'Ariège que j'avais rencontré mes premières bovines agressives!!!!

Au Serrere

07

 

Je n'en mène pas large, y'a personne ici et je crains d'aggraver la situation si je continue mon chemin. Alors je décide de faire demi-tour, en espérant retrouver la trace dont je me suis écartée afin de retraverser le ravin en toute sérénité. Mon pas est rapide et en me retournant de temps en temps, je constate que les grosses bébêtes m'ont suivie, un peu comme pour dire : "Ne t'avises pas de repasser par ici". A ce moment-là, je me vois déjà regagner la voiture et rentrer, penaude, à la maison. Bon, je me dis que ce n'est pas grave, qu'il vaut mieux ça que de prendre un coup de corne ou de sabot, et puis de toutes façons, la météo n'est pas au top. Maigre consolation.

Finalement, quand je reviens à l'intersection port de Banyels/port de Siguer, je vois qu'il y a quelques randonneurs qui se dirigent vers ce dernier col. J'étais partie sans idée précise, du coup, je décide de me diriger moi aussi vers le port de Siguer (2395 m). Ma mésaventure avec les vaches m'a fait perdre un peu de temps, mais je peux encore randonner! J'irai jusqu'où j'irai, et puis c'est tout! Et puis si des animaux se montrent agressifs, je ne serai pas seule! 

Me voilà donc remotivée à bloc.

08

 

Je parviens rapidement au port de Siguer, orné d'un gros cairn. Je pourrais m'y arrêter, profiter tranquillement du lieu, mais la curiosité me pousse à avancer un peu vers l'Est pour découvrir dans son intégralité le magnifique estany Blau.

09

10

11

12

13

14

 

Puis de pas en pas, je m'engage sur la crête menant au pic du port de Siguer... Un randonneur chargé me précède, je le rattrape et on discute un peu. Il fait une boucle de quatre jours dans l'Aston, depuis le barrage de Riet. Je lui raconte ma mésaventure avec les vaches, il m'apprend que si elles se sont comportées ainsi, c'est qu'elles m'ont prise pour le berger leur amenant du sel. Peut-être, mais elles n'avaient cependant pas l'air contentes de me voir!

15

16

 

On perd le chemin un peu avant d'atteindre le sommet, enfin disons plutôt que je me dirige toute crête, mais je ne voudrais pas mener l'homme dans un itinéraire galère avec un lourd sac, d'ailleurs, je le sens hésitant, du coup, je décide de contourner par la droite, ce que je ne trouve pas génial. Je pense que c'est mieux de rester en crête. On débouche à droite du sommet, l'homme décide se s'installer là pour manger, moi je fais les 30 mètres me séparant du pic (2636 m).

Après l'étang bleu, c'est celui de Solanet qui se dévoile... Comme c'est beau!

17

 

Il ne fait pas chaud, les nuages se rapprochent, je renonce à mon idée initiale de manger là et entreprends donc de retourner au port de Siguer. Je m'installe pour une bonne pause contemplative quelques mètres au-dessus. 

18

19

20

21

22

23

24

25

26

27

28

29

30

31

32

33

 

Puis comme je ne parviens pas à me faire à l'idée de rentrer, je décide d'aller jeter un coup d'oeil vers la crête Ouest, c'est-à-dire vers le pic de Rialb. Je pousse jusqu'au Turo de port Vell et au final, ce sont les nuages coiffant les pics de Rialb et de Font Blanca qui me feront faire demi-tour. Plus aucune visibilité sur la crête, inutile de poursuivre.

34

35

36

37

 

Un dernier clin d'oeil à l'étang Blau, et je redescends par où je suis montée, avec le regret de ne pas avoir pu faire une boucle. En effet, depuis le pic du Port de Siguer, j'aurais pu rentrer par le port de Banyels, mais je n'avais aucune envie de rencontrer à nouveau l'objet de ma frousse matinale!

38

39

40

41

 

Malgré cette petite aventure, ce fut une belle rando, dans un secteur que j'affectionne, et puis ça m'a fait chaud au coeur de revoir l'Ariège sauvage avec ses beaux étangs et sommets ...

 

Au total, 14 km, 5h07 avec les pauses et 1000 m de D+

1h50 pour aller au port de Siguer (avec l'aller/retour vers le Port de Banyels), 1 heure de plus pour atteindre le sommet.

 

Le pic de Font Blanca

Le pic de Serrere depuis l'Andorre

Le pic de l'Estanyo

Le pic de Serrere depuis la France

Le pic des Redouneilles